Achetez les œuvres en ligne, et faites vous livrer dans toute l’Algérie.

0

Votre panier est vide

décembre 15, 2022 7 translation missing: fr.blogs.article.read_time

Katsushika Hokusai


Peintre et graveur japonais 


Né le 31 octobre 1760 à Edo (aujourd'hui Tokyo)

Décès : 10 mai 1849 - Edo



Enfance


Katsushika Hokusai est né en 1760 sous le nom deKawamura Tokitaro et a été élevé par Isa Nakajima, un miroitier pour le Shogun. On sait peu de choses sur les débuts de la vie d'Hokusai, mais on pense que sa mère était une concubine et qu'il a été adopté par Nakajima à la naissance. Hokusai a passé son enfance dans une communauté d'artisans composée de maisons en bois et de rues étroites à Edo (aujourd'hui Tokyo). Il a commencé à peindre à l'âge de six ans et a également apprisla sculpture sur bois dès son plus jeune âge.

Adolescent, Hokusai prêtait des livres pour gagner de l'argent avant de commencer à travailler comme graveur sur bois en 1774. Il devient l'apprenti d'artistes plus âgés, notammentKatsukawa Shusho, qui dirigeait l'école Katsukawa et se spécialisait dans les gravures de courtisanes et d'acteurs du théâtreKabuki. À dix-neuf ans, Hokusai prend le nom deShunro, le premier d'une trentaine de noms qu'il utilisera au cours de sa vie. Cette pratique, qui consiste pour un artiste à adopter un nouveau nom chaque fois qu'il atteint un nouveau niveau de compétence, était courante à l'époque, mais Hokusai a pris beaucoup plus de noms que d'habitude, ce qui a aidé plus tard les spécialistes à dater nombre de ses œuvres.

Hokusai s'est fait les dents en produisant des gravures sur bois, comme cet hosoban intitulé Sakata Hangorō III comme prêtre voyageur, en fait Chinzei Hachirō Tametomo (1791).

Hokusai s'est fait les dents en produisant des gravures sur bois, comme cet hosoban intitulé Sakata Hangorō III comme prêtre voyageur, en fait Chinzei Hachirō Tametomo (1791).

Dans le studio de Katsukawa, Hokusai est chargé de produire des estampes de kabuki et des images de lutteurs de sumo. Il n'était cependant pas parmi les apprentis les plus favorisés, et on lui donnait donc des spectacles hors saison à représenter, ainsi que du papier bon marché et des pigments de qualité inférieure pour travailler. Pendant qu'il travaillait , Hokusai a publié sa première série d'estampes, représentant des acteurs de kabuki, en 1779, et a épousé sa première femme, dont on sait peu de choses.

En 1784, Hokusai changea à nouveau de nom, devenantGunbatei, et on pense qu'il quitta le studio de Katsukawa. Il commence à concevoir des illustrations pour des livres. Il semble que ce soit une période de changement intense dans la vie d'Hokusai ; il commence à s'éloigner des estampes représentant des personnes pour se tourner vers les paysages et les images de la vie quotidienne, ce qui constitue une percée à la fois pour la carrière d'Hokusai et pour l'Ukiyo-een général. La vie personnelle d'Hokusai fut également tumultueuse, sa femme mettant au monde trois enfants avant de mourir, de causes aujourd'hui inconnues, au début des années 1790.


Période de maturité


Dans les années 1790, Hokusai se sépare définitivement de l'école de Katsukawa, après avoir été exclu par le principal disciple de Katsukawa à la mort de leur maître en 1793. Il commence à explorer les traditions européennes, acquérant des gravures sur cuivre françaises et néerlandaises et expérimentant la perspective linéaire. Son travail attire l'attention d'Utagawa Toyoharu, qui invite Hokusai à rejoindre son atelier. Hokusai se remarie en 1797 et a deux autres enfants, dontOi, née en 1800, qui travaillera avec lui et deviendra elle-même une artiste.

C'est en 1801 qu'Hokusai commence à utiliser le nom sous lequel il est aujourd'hui connu, signant ses images de la phraseGakyojin Hokusai ga, qui a été traduite par "peint par le fou de la peinture, Hokusai". Hokusai est également connu pour son excentricité dans la vie quotidienne. On rapporte qu'il a déménagé quatre-vingt-treize fois en raison de sa haine du nettoyage, préférant trouver un nouveau logement lorsque sa maison devenait insupportable. Son désordre ne se limitait pas aux espaces intérieurs ; chaque matin, il dessinait un dragon chinois et le jetait par la fenêtre pour porter chance.

Peinture du Grand Daruma (1817) par Hokusai

Peinture du Grand Daruma (1817) par Hokusai

Mais Hokusai était également connu pour sa vivacité. Au début du XIXe siècle, il semble avoir été un artiste très performant. En 1804, lors d'un festival à Edo, il réalise, avec l'aide d'étudiants, le portrait d'un moine bouddhiste de 180 mètres de long, en utilisant un balai à la place du pinceau. En 1807, il a participé à un concours de peinture, réalisant un paysage avec des oiseaux et des fleurs avant de prendre un poulet dans un panier voisin, de tremper ses pattes dans de la peinture rouge et de le laisser courir sur sa peinture, annonçant au public que les empreintes étaient "des feuilles d'érable sur la rivière Tatsu".

En 1810, à l'âge de cinquante ans, Hokusai est frappé par la foudre, un événement qui a été considéré comme un tournant dans sa vie ; s'il était mort au moment de la foudre, son héritage aurait été très différent de ce qu'il est aujourd'hui. La même année, il publie un manuel de dessin, Foolish Ono's Nonsense Picture Dictionary, et l'année suivante, il réalise Le Rêve de la femme du pêcheur, une image érotique qui a depuis fait l'objet d'une attention provenant à la fois du dégoût et de l'appréciation.

Femme lisant un livre (1822) par Hokusai. Les images de geishas étaient un sujet très populaire auprès des artistes de l'Ukiyo-e.

Femme lisant un livre (1822) par Hokusai. Les images de geishas étaient un sujet très populaire auprès des artistes de l'Ukiyo-e.

Au cours de cette décennie, Hokusai commence à produire ses œuvres les plus ambitieuses et connaît un succès phénoménal. Il publie deux autres manuels de dessin, intitulés Transmettre l'essence et Éclairer la main : Random Drawings by Hokusai, également connu sous le nom de Hokusai Manga. Ces livres se poursuivront tout au long de sa vie et à titre posthume, pour atteindre finalement quinze volumes qui ont eu un impact continu sur le manga et l'anime. Les œuvres ont été réimprimées plusieurs fois et sont, selon une anecdote largement diffusée, à l'origine du courant européen dujaponisme, plusieurs feuilles étant arrivées en même temps que la porcelaine (selon certains témoignages) dans l'atelier du peintre et graveurAuguste Delatre.


Vie ultérieure


Hokusai croyait fermement qu'il s'améliorerait en tant qu'artiste en vieillissant et les critiques posthumes ont convenu que c'était le cas. En 1830, il publie Trente-six vues du Mont Fuji, poussant l'Ukiyo-e dans la direction du paysage, et en 1831, il publie Cent histoires de fantômes. C'est à cette époque qu'il change son nom enIitsu, qui signifie "un an", soulignant ainsi que cette période est celle d'une renaissance métaphorique. Il continue à expérimenter et à s'adapter à de nouveaux styles et connaît un grand succès professionnel.

Portrait de Hokusai par Keisai Eisen (date inconnue)

Portrait de Hokusai par Keisai Eisen (date inconnue)

La vie personnelle d'Hokusai, cependant, continuait d'être tumultueuse. L'une de ses filles était décédée en 1821 et sa deuxième femme est morte en 1828, après quoi sa plus jeune fille,Oi, a quitté son mari pour retourner chez Hokusai. En 1839, un incendie dans l'atelier d'Hokusai détruit une grande partie de son œuvre. À peu près à ce moment-là, son petit-fils commence à jouer et à se comporter mal, épuisant les finances de la famille. Hokusai et sa fille ont été contraints de quitter leur maison et de vivre dans un temple.

Hokusai est mort à l'âge de quatre-vingt-dix ans, en 1849, après avoir créé environ 30 000 dessins imprimés au cours de sa vie. Ses dernières paroles auraient été un souhait pour plus de temps : "Si le ciel me donnait seulement cinq années de plus, je pourrais devenir un vrai peintre". Son enterrement, au temple Seikjoji de Taito, a attiré une centaine de personnes. Sur sa pierre tombale était inscrit son dernier nom d'adoption,Gakyorojin Manji, qui se traduit par "vieil homme fou de peinture".


L'héritage de Katsushika Hokusai


Hokusai a eu un large impact de son vivant et par la suite, son influence se prolongeant jusqu'à nos jours. Au Japon, ses contributions ont fait passer l'Ukiyo-e de scènes de vie urbaine à des paysages et ont conduit à une plus grande expérimentation et à des changements dans les approches de la perspective ; l'approche d'Hokusai a été poursuivie parUtagawa Hiroshige, qui a produit un hommage direct au Fujimigahara d'Hokusai dans la province d'Owari, intitulé Barrel-maker, Copied from a Picture by Old Master Katsushika, en 1836 etKobayashi Kiyochika, qui a représenté l'industrialisation de la fin du XIXe siècle en utilisant des techniques similaires. Hiroshige a été influencé par la pratique d'Hokusai consistant à représenter le paysage en série, mais il s'est distingué par des estampes à la composition plus libre, mettant l'accent sur la représentation de la nature telle qu'elle apparaît.

Autoportrait par Hokusai, âgé de 83 ans, 1842.

Autoportrait par Hokusai, âgé de 83 ans, 1842.

L'assouplissement des règles d'importation et d'exportation japonaises dans les années 1850 a permis à l'influence d'Hokusai de s'étendre au niveau international peu après sa mort. En 1896, il est suffisamment établi en France pour qu'Edmond de Goncourt publie un livre sur Hokusai qui cimente sa réputation et qu'Henri Rivère adapte l'approche d'Hokusai à un cadre européen dans sa série des Trente-six vues de la tour Eiffel en 1902. La Grande vague au large de Kanagawa (1829-1832) d'Hokusai a directement inspiré la série de soixante tableaux sur les vagues deGustave Courbet. Le manga d'Hokusai a été utilisé comme manuel de dessin parBerthe Morisot,Paul Gauguin etVincent van Gogh, tandis queClaude Monet etGustav Klimt possédaient tous deux des estampes d'Hokusai, influençant le développement del'impressionnisme et del'art nouveau.

 Grande vague au large de Kanagawa (vers 1829-32)

Grande vague au large de Kanagawa (vers 1829-32)

La nature iconique des estampes d'Hokusai a contribué à son influence permanente sur les beaux-arts et la culture populaire. La Grande Vague au large de Kanagawa est l'une des images les plus reproduites de l'histoire de l'art, référencée par des dessinateurs commeHergé etGary Larson, la créatrice de modeHanae Mori et transformée en emoji en 2010. Le Rêve de la femme du pêcheur a eu une influence similaire ces dernières années, avec des artistes commeDavid Laity etMasami Teraoka qui ont créé des œuvres faisant référence à l'estampe comme moyen d'explorer le pouvoir sexuel féminin ; Go For It, Nakamura ! deSyundei s'inspire de l'utilisation de la pieuvre par Hokusai pour explorer la sexualité homosexuelle.

Les explorations d'Hokusai sur la perspective ont été élargies par des artistes récents, notammentJeff Wall etTakashi Murakami, qui ont emprunté à Hokusai pour développer différentes approches de la planéité.

Laisser un commentaire

Inscrivez vous a notre news letter