Achetez les œuvres en ligne, et faites vous livrer dans toute l’Algérie.

0

Votre panier est vide

septembre 01, 2022 11 translation missing: fr.blogs.article.read_time

Michelangelo


Peintre , sculpteur , poète et architecte italien 


Naissance  : le 6 mars 1475 à Caprese, Arezzo, Florence

Décès : 18 février 1564 - Rome


Enfance


Michel-Ange est né de Leonardo di Buonarrota et Francesca di Neri del Miniato di Siena, une famille de banquiers de classe moyenne dans le petit village de Caprese, près d'Arezzo, en Toscane. La maladie malheureuse et prolongée de sa mère oblige son père à confier son fils à sa nourrice. Le mari de la nourrice était tailleur de pierre et travaillait dans la carrière de marbre de son propre père.

Musée Michelangelo, à Caprese, le village où est né Michelangelo.

Musée Michelangelo, à Caprese, le village où est né Michelangelo.

 

Lorsque Michel-Ange a six ans, sa mère meurt, mais il continue à vivre avec le couple et la légende veut que cette situation non conventionnelle de l'enfance soit à l'origine de sa future histoire d'amour avec le marbre.

À l'âge de 13 ans, il est clair pour son père que Michel-Ange n'a aucune aptitude pour la vocation familiale. Le jeune garçon est envoyé en apprentissage dans le célèbre atelier deDomenico Ghirlandaio. Après seulement un an dans l'atelier,Lorenzo de Medici, de la célèbre famille de mécènes florentins, demande à Ghirlandaio deux de ses meilleurs élèves. Michel-Ange, ainsi queFrancesco Granacci, sont choisis pour fréquenter l'académie humaniste de la familleMédicis. C'est une époque florissante dans la Florence de la Renaissance, où les artistes sont encouragés à étudier les sciences humaines, afin d'accentuer leurs efforts de création par la connaissance de l'art et de la philosophie de l'Antiquité grecque et romaine. L'art s'éloignait de l'iconographie gothique et des œuvres de dévotion pour évoluer vers une grande célébration de l'homme et de son importance dans le monde. Michel-Ange a étudié sous la direction du célèbre sculpteurBertoldo di Giovanni et a été exposé aux grandes sculptures classiques du palais de Laurent.

À cette époque, Michel-Ange a obtenu de l'Église catholique de Santo Spirito la permission d'étudier des cadavres dans leur hôpital afin de mieux comprendre l'anatomie. En échange, il leur a sculpté une croix en bois. Sa capacité à rendre avec précision le tonus musculaire réaliste du corps résulte de cette formation précoce, comme en témoignent deux sculptures qui subsistent de cette époque :la Vierge assise sur une marche (1491) etla Bataille des Centaures (1492).

Madone de l'escalier, (1491), Marbre, Casa Buonarroti, Florence

Madone de l'escalier, (1491), Marbre, Casa Buonarroti, Florence


Formation et travaux précoces


Après la mort deLaurent de Médicis en 1492, Michel-Ange reste à Florence dans une relative sécurité. Mais lorsque la ville florentine s'enfonce dans la tourmente politique, la famille Médicis est expulsée et l'artiste s'installe à Bologne. C'est à Bologne qu'il reçoit la commande de terminer la sculpture du tombeau de saint Dominique, qui comprend l'ajout d'une statue de saint Pétrone, d'un ange agenouillé tenant un chandelier et de saint Proculus.

Michel-Ange revient à Florence en 1494, après que la menace de l'invasion française se soit dissipée. Il travaille sur deux statues, Saint Jean Baptiste et un petit Cupidon. Le Cupidon est vendu au cardinal Riario de San Giorgio, en le faisant passer pour une sculpture antique. Bien que mécontent d'avoir été dupé, le cardinal est suffisamment impressionné par la qualité du travail de Michel-Ange pour l'inviter à Rome pour une autre commande. Pour cette commande, Michel-Ange créa une statue deBacchus, qui fut rejetée par le cardinal qui pensait qu'il était politiquement imprudent d'être associé à une figure nue païenne. Michel-Ange est indigné - à tel point qu'il demandera plus tard à son biographeCondivi de nier la commande du cardinal et de l'enregistrer comme une commande de son banquier,Jacopo Galli. La nature impétueuse de l'artiste lui valait déjà la réputation de faire ce qu'il voulait avec indignation, en ignorant souvent les souhaits de son commanditaire ou en ne terminant pas un travail commencé.

Michel-Ange reste à Rome après avoir terminé le Bacchus et, en 1497, l'ambassadeur de France, le cardinalJean Bilhères de Lagraulas, lui commande saPietà pour la chapelle du roi de France dans la basilique Saint-Pierre. La Pietà allait devenir l'une des sculptures les plus célèbres de Michel-Ange, que le biographe du XVIe siècle,Giorgio Vasari, décrivait comme quelque chose que "la nature est à peine capable de créer dans la chair". L'acuité de l'expression émotionnelle et le réalisme de l'œuvre suscitent l'admiration et l'attention de l'artiste.

Bien que son statut d'artiste le plus talentueux de l'époque soit assuré après l'achèvement de la Pietà, Michel-Ange ne reçoit aucune commande importante au cours des deux années suivantes. Sur le plan financier, cependant, cette absence de travail n'est pas très préoccupante. La richesse ne semble pas affecter le style de vie de l'artiste. Comme il le dira à Condivi vers la fin de sa vie, "Aussi riche que j'aie pu être, j'ai toujours vécu comme un pauvre".

En 1497, le moine puritainGirolamo Savonarola devient célèbre pour son "Bûcher des vanités", un événement au cours duquel lui et ses partisans brûlent des œuvres d'art et des livres à Florence, mettant un terme à ce qui avait été une période florissante de la Renaissance. Michel-Ange devra attendre l'éviction de Savonarole en 1498 pour retrouver sa Florence bien-aimée.

En 1501, sa réalisation la plus notable est née d'une commande de la Guilde de la Laine pour achever un projet inachevé commencé parAgostino di Duccio quelque 40 ans plus tôt. Ce projet, finalement achevé en 1504, était une majestueuse statue nue de 17 pieds de haut représentant le héros biblique David. L'œuvre témoigne de l'excellence inégalée de l'artiste à sculpter des représentations de la vie réelle d'une précision à couper le souffle dans du marbre inanimé.

Doni Tondo (Sainte Famille) (1504), telle qu'elle est présentée aujourd'hui aux masses de visiteurs de la Galerie des Offices à Florence.

Doni Tondo (Sainte Famille) (1504), telle qu'elle est présentée aujourd'hui aux masses de visiteurs de la Galerie des Offices à Florence.

 

Plusieurs commandes depeinture ont suivi après l'achèvement de David. En particulier, le seul tableau achevé connu de Michel-Ange qui ait survécu,Doni Tondo (La Sainte Famille) (1504).

À l'époque de laHaute Renaissance à Florence, les rivalités entre Michel-Ange et ses pairs abondent, chacun se battant pour obtenir les meilleures commandes et le statut social vénéré demaître réputé dans son domaine.

Leonardo da Vinciavait rapidement accédé à la gloire et la compétition entre lui et Michelangelo était légendaire. En 1503,Piero Soderini, le Gonfalonier de la Justice à vie (haut fonctionnaire proche d'un maire), leur commande à tous deux de peindre deux murs opposés duSalone dei Cinquecento du Palazzo Vecchio. Les deux tableaux ne furent jamais achevés et sont malheureusement perdus. La bataille d'Anghiari deLeonardo a été recouverte de peinture lorsque Vasari a reconstruit le Palazzo. Le travail de Michel-Ange sur La Bataille de Cascina a été interrompu au stade du dessin préparatoire lorsque le papeJules II l'a convoqué à Rome. Michel-Ange est séduit par la réputation flamboyante du pape mécène qui attire d'autres artistes de son âge, tels queDonato Bramante etRaphaël, pour créer de nouveaux projets passionnants. N'étant pas du genre à se laisser vaincre par ses rivaux, il accepte l'invitation.

Ci-dessus : Léonard de Vinci, La bataille d'Anghiari (1503-1505), copie de Pierre Paul Rubens (1603) basée sur une gravure de la fresque perdue. Ci-dessous : Michel-Ange, La bataille de Cascina, copie d'Aristotele da Sangallo (1542) basée sur les dessins préparatoires de Michel-Ange pour la fresque.

Ci-dessus : Leonardo da Vinci, La bataille d'Anghiari (1503-1505), copie de Peter Paul Rubens (1603) basée sur une gravure de la fresque perdue.

Ci-dessous : Michelangelo, La bataille de Cascina, copie d'Aristotele da Sangallo (1542) basée sur les dessins préparatoires de Michel-Ange pour la fresque.


Période de maturité


À Rome, Michel-Ange commence à travailler sur le tombeau du pape, un travail qui doit être achevé dans un délai de cinq ans. Pourtant, l'artiste abandonne le projet après avoir été cajolé par le pape pour une autre commande. Il s'agissait de peindre le plafond de la chapelle Sixtine et la rumeur veut que ce soitBramante, l'architecte chargé de la reconstruction de la basilique Saint-Pierre, qui ait convaincu le pape que Michel-Ange était l'homme de la situation. Bramante était notoirement rongé par l'envie, et sachant que Michel-Ange était plus connu pour ses sculptures que pour ses peintures, il était certain que son rival échouerait. Il espérait que cela ferait perdre à l'artiste la faveur populaire. Michel-Ange a accepté la commande à contrecœur.

Michel-Ange travaillera à la chapelle Sixtine pendant les quatre années suivantes. Il s'agit d'un travail difficile et d'une endurance extraordinaire, d'autant plus que l'artiste impétueux avait licencié tous ses assistants, à l'exception de celui qui l'aidait à mélanger la peinture. Le résultat fut une œuvre monumentale de grand génie illustrant des histoires de l'Ancien Testament, notamment la création du monde et Noé et le déluge. Contrairement aux espoirs de Bramante, cette œuvre est devenue (et reste) l'un des plus grands chefs-d'œuvre de l'art occidental.

Un autre rival notable est le jeuneRaphaël, âgé de 26 ans, qui fait irruption sur la scène et est choisi en 1508 pour peindre une fresque dans la bibliothèque privée du papeJules II, une commande que se disputent Michelangelo etLeonardo. Lorsque la santé de Leonardo commence à décliner, Raphaël devient le plus grand adversaire artistique de Michelangelo. En raison de l'acuité de Raphaël à représenter l'anatomie et de sa finesse à peindre des nus, Michel-Ange l'accusait souvent de copier son propre travail. Bien qu'influencé par Michel-Ange, Raphaël n'appréciait pas l'animosité de Michel-Ange à son égard. Il réagit en peignant l'artiste avec son traditionnel visage boudeur sous les traits d'Héraclite dans sa célèbre fresque L'École d'Athènes (1509-1511).

Raphaël, détail de la fresque, L'École d'Athènes (1509-1511), du Michel-Ange boudeur en Héraclite.

Raphaël, détail de la fresque, L'École d'Athènes (1509-1511), du Michelangelo boudeur en Héraclite.

Après la mort du pape Jules II en 1513, Michel-Ange est chargé par le nouveau papeLéon X de travailler sur la façade de la basilique San Lorenzo, la plus grande église de Florence. Il y consacre les trois années suivantes avant que le projet ne soit annulé par manque de fonds. En 1520, il reçoit une autre commande pour une chapelle des Médicis dans la basilique San Lorenzo, sur laquelle il travaille par intermittence pendant les vingt années suivantes. Au cours de ces deux décennies, il réalise également une commande d'architecture pour la Bibliothèque Laurentienne.

Après le sac de Rome parCharles Quint en 1527, Florence est déclarée république et reste assiégée jusqu'en 1530. Ayant travaillé avant le siège pour la défense de Florence, Michel-Ange craint pour sa vie et se réfugie à Rome. Malgré son soutien à la république, il est accueilli par le pape Clément et obtient un nouveau contrat pour la tombe du pape Jules II. C'est également à cette époque qu'il est chargé de peindre la fresque du Jugement dernier sur le mur de l'autel dela chapelle Sixtine, un projet qui prendra sept ans.

Bien que tardif dans ses relations amoureuses, Michel-Ange noue, à 57 ans, la première de trois amitiés notables, suscitant une production poétique prolifique qui s'ajoute à son cadre de talents artistiques. La première, en 1532, était un noble italien de 23 ans,Tommaso dei Cavalieri, qui n'était pas seulement le jeune amant de l'artiste, mais qui est resté son ami pour la vie. L'historien de l'artHoward Hibbard cite Michel-Ange décrivant Tommaso comme "la lumière de notre siècle, le parangon du monde entier". Cette liaison passionnée a incité Michel-Ange à produire un certain nombre de poèmes d'amour de nature si homoérotique que son petit-neveu, lors de la publication du volume en 1623, a changé les pronoms de genre pour dissimuler leur contexte homosexuel.

En 1536, Michel-Ange trouve un autre objet d'affection pour la vie, la veuveVittoria Colonna, la marquise de Pescara, qui est également poète. La plupart de ses poèmes prolifiques lui sont consacrés, et son adoration se poursuit jusqu'à sa mort en 1547. Il lui offrit également despeintures et desdessins, et l'un des plus beaux qui nous soit parvenu est la Pietà à la craie noire pour Vittoria Colonna de 1546. Elle est la seule femme à avoir joué un rôle important dans la vie de Michel-Ange et leur relation est généralement considérée comme platonique. Au cours de cette période, il travaille également sur un certain nombre de commandes architecturales, notamment l'église de Santa Maria degli Angeli et la chapelle Sforza dans la basilique de Santa Maria Maggiore, ainsi que le Capitole. Il reçoit également la commande de deux fresques dans la Cappella Paolina : la Conversion de saint Paul et la Crucifixion de saint Pierre.

Pietà pour Vittoria Colonna, (1546), craie noire sur papier, Isabella Stewart Gardner Museum, Boston, USA

Pietà pour Vittoria Colonna, (1546), craie noire sur papier, Isabella Stewart Gardner Museum, Boston, USA

En 1540, Michel-Ange rencontre à la cour du pape Paul III Cecchino dei Bracci, fils d'un riche banquier florentin, qui n'a que 12 ans. Les épitaphes que Michel-Ange a rédigées après la mort de Cecchino quatre ans plus tard révèlent l'étendue de leur relation, suggérant qu'ils étaient amants. L'une d'entre elles, en particulier, contient l'allusion graphique suivante : "Attester encore pour lui combien j'étais gracieux au lit. Quand il m'embrassait, et dans quoi l'âme vit."


 Période tardive 


C'est le papeJules II qui, en 1504, a proposé de démolir l'ancienne basilique Saint-Pierre et de la remplacer par le "plus grand édifice de la chrétienté". Bien que le projet deDonato Bramante ait été sélectionné en 1505 et que les fondations aient été posées l'année suivante, peu de progrès ont été réalisés depuis. Lorsque Michel-Ange reprit à contrecœur le projet de son célèbre rival en 1546, il était âgé de soixante-dix ans et déclara : "Je ne l'entreprends que pour l'amour de Dieu et en l'honneur de l'Apôtre".

Basilique Saint-Pierre, Rome, Italie

Basilique Saint-Pierre, Rome, Italie

 

Michel-Ange a travaillé sans relâche sur la basilique pendant le reste de sa vie. Sa contribution la plus importante au projet fut son travail sur le dôme de l'extrémité orientale de la basilique. Il a combiné les idées de tous les architectes qui avaient participé aux travaux, qui avaient imaginé un grand dôme comparable au célèbre dôme deBrunelleschi à Florence, et les a fusionnées avec ses propres visions. Bien que le dôme n'ait été achevé qu'après sa mort, la base sur laquelle il devait être placé était terminée, ce qui signifiait que la conception du dôme ne pouvait pas être modifiée de manière significative pendant son achèvement. Cette église, qui est toujours la plus grande du monde, reste un témoignage de son génie et de sa dévotion. Il a continué à sculpter, mais en privé, pour son plaisir personnel plutôt que pour son travail. Il a réalisé un certain nombre de Pietà, dont la Disposition (qu'il a tenté de détruire), ainsi que sa dernière, la Pietà Rondanini, sur laquelle il a travaillé jusqu'aux dernières semaines avant sa mort.

On a dit qu'il fallait 10 000 heures de pratique délibérée pour devenir un artiste de classe mondiale dans n'importe quel domaine. Michel-Ange a incarné cet idéal en commençant sa carrière alors qu'il n'était qu'un simple garçon et en continuant à travailler jusqu'à sa mort, à 88 ans.

Son grand amour, Tommaso, est resté à ses côtés jusqu'à la fin, lorsque Michel-Ange est mort chez lui, à Rome, à la suite d'une courte maladie en 1564. Selon sa volonté, son corps a été ramené à Florence et enterré dans la basilique de Santa Croce.


L'héritage de Michel-Ange


AvecLeonardo da VincietRaphaël, Michelangelo est considéré comme l'un des trois géants dela Renaissance et un acteur majeur du mouvement humaniste. L'humanité, dans sa relation avec la réalité divine et non séculaire, était au cœur de sapeinture et de sasculpture. Il était passé maître dans l'art de représenter le corps avec une telle précision technique que le marbre semblait se transformer en chair et en os. Sa maîtrise de l'émotion et de l'expression humaines lui inspirait humilité et vénération. La perspicacité psychologique et le réalisme physique de ses œuvres n'avaient jamais été représentés avec une telle intensité auparavant. SaPieta, sonDavid etla chapelle Sixtine ont été entretenus et préservés et continuent d'attirer des foules de visiteurs du monde entier. Les réalisations de toute sa vie donnent du crédit au titre qui lui est communément attribué,Il Divino (Le Divin).

Michel-Ange, Portrait par Daniele Ricciarelli Volterra, (vers 1544)

Michel-Ange, Portrait par Daniele Ricciarelli Volterra, (vers 1544)

 

L'influence de Michel-Ange sur les autres artistes a été profonde et s'est poursuivie deRaphaël en son temps àRubens, en passant par le Bernin et le dernier grand sculpteur à suivre sa tradition de réalisme,Rodin.

Sa renommée, établie alors qu'il n'avait qu'une vingtaine d'années, s'est perpétuée jusqu'à nos jours. Quant à son génie, il suffit de se référer àGalilée, qui prétendit être né un jour plus tôt, pour coïncider avec le jour de la mort de Michel-Ange, faisant ainsi allusion à l'affirmation selon laquelle le génie ne meurt jamais.

Laisser un commentaire

Inscrivez vous a notre news letter