Achetez les œuvres en ligne, et faites vous livrer dans toute l’Algérie.

0

Votre panier est vide

septembre 25, 2022 7 translation missing: fr.blogs.article.read_time

Gian Lorenzo Bernini

Sculpteur et architecte italien 


Naissance : 7 décembre 1598 - Naples

Décès : 28 novembre 1680 - Rome



Enfance


Gian Lorenzo Bernini est né en 1598, sixième des treize enfants d'Angelica Galante et de Pietro Bernini. Il a passé son enfance à Naples et a commencé à sculpter dès son plus jeune âge, travaillant en étroite collaboration avec son père, un sculpteurmaniériste prospère qui réalisait des commandes prestigieuses à Naples et plus tard à Rome. Bernini était un catholique profondément religieux et a créé sa première œuvre à l'âge de huit ans. Son père encourage son talent, reconnaissant très tôt le prodige qu'il allait devenir. En fait, il était pressenti comme "leMichel-Ange de son âge", selon le fils et biographe de Gian, Domenico Bernini. Ce dévouement de toute une vie à la pratique conduira Bernini à développer son propre style, qui contribuera grandement au mouvementbaroque.


Formation et travail de jeunesse


La famille Bernini s'est installée à Rome en 1606, Pietro ayant été invité par le pape à travailler sur la basilique Santa Maria Maggiore. La première sculpture du Bernin, La Chèvre Amalthée avec l'Enfant Jupiter et un Faune, a été commencée lorsque  le Bernin avait onze ans. On raconte que lorsque le cardinalMaffeo Barbeninirendit visite à l'atelier familial du Bernin, il avertit Pietro Bernini de faire attention, car son fils allait bientôt le surpasser . Cette période a eu un impact significatif sur la carrière artistique du Bernin, car Rome était un creuset d'artistes de tous types, des sculpteurs et peintres aux architectes, maçons et orfèvres. Le travail pour les artistes à Rome a afflué pendant la majeure partie du XVIIe siècle, les papes ayant financé la modernisation et la reconstruction de la ville.

La Chèvre Amalthée avec l'enfant Jupiter et un faune (1609-15) est la plus ancienne œuvre connue du Bernin.

La Chèvre Amalthée avec l'enfant Jupiter et un faune (1609-15) est la plus ancienne œuvre connue du Bernin.

La réputation de maîtrise artistique du Bernin s'épanouit dans la ville. Le cardinalScipione Borghese a parlé à son oncle, le papePaul V, du travail du Bernin, ce qui lui a valu d'être employé par une succession de six papes, un rôle tenu parMichel-Ange avant lui. Cela l'a placé dans une carrière solide qui allait durer toute sa vie. Le papeUrbain VIII lui aurait dit : "Tu es fait pour Rome, et Rome pour toi".


La période de maturité


La première sculpture de maturité du Bernin est celle de Saint Laurent, achevée en 1617. Elle est décrite comme un "acte de pieuse dévotion" à son saint patron et met en évidence l'importance de la religion et le thème de la dévotion, qui se poursuivra tout au long de sa carrière artistique. De 1618 à 1625, le Bernin travaille de manière prolifique, créant des chefs-d'œuvre tels que Le viol de Proserpine, David et Apollon et Daphné. Parallèlement à ces sculptures de grande envergure, le Bernin a également créé des bustes-portraits, capturant ce qui est aujourd'hui décrit comme une "ressemblance parlante", ou la capture d'une personne en action ou sur le point de prononcer des mots. Il disait que "le marbre blanc doit prendre la forme d'une personne, il doit avoir de la couleur, de l'esprit et de la vie", ce qui rendait ses bustes différents des formes plus traditionnelles et ouvrait la voie à un nouveau style. En 1629,le  Bernin devient l'architecte en chef de la Fabric di San Pietro, l'institution chargée de l'entretien de la basilique Saint-Pierre. En août de la même année, le père de Bernini meurt, mais Bernini continue de produire, consolidant ainsi sa période de domination à Rome.

Autoportrait de Gian Lorenzo Bernini (vers 1623)

Autoportrait de Gian Lorenzo Bernini (vers 1623)

Son association avec la cour de Rome a duré cinquante ans et il a entretenu des liens étroits avec chaque pape. Selon l'historien de l'artDaniele Pinton, ce fait est significatif car "l'histoire de l'art ne fournit aucun autre exemple avec de telles caractéristiques, d'une telle continuité créative, pendant une si longue période, par l'œuvre d'un seul artiste." Bernini travaillait en étroite collaboration avec son frère Luigi et avait un esprit d'entreprise naturel, restant le sculpteur et l'architecte dominant de la ville. Il était souvent en conflit avecFrancesco Borromini, un autre architecte de renom qui perdait souvent des travaux au profit du Bernin en raison du favoritisme du pape. L'atelier du Bernin était organisé comme une usine ; il refusait rarement les commandes et déléguait le travail à ses assistants, collaborant même une fois avec Borromini sur le baldaquin de Saint-Pierre malgré leur rivalité.


Le Bernin eut une liaison avec Costanza, la femme de son assistant Matteo Bonarelli, au cours de laquelle il créa un buste de celle-ci. Cette œuvre marque le début d'une nouvelle ère dansla sculpture européenne, car les bustes étaient habituellement des portraits formels réservés aux tombes, et n'avaient pas été utilisés pour des portraits informels depuis la Rome antique. Le buste exprimait le désir et l'intimité entre Costanza et le Bernin, qui devait finalement se terminer par un scandale. Le Bernin était connu pour son caractère emporté et lorsqu'il a découvert que Costanza avait une liaison avec son frère Luigi, il l'a poursuivi avec rage, l'a battu presque à mort, puis a ordonné à un serviteur de taillader le visage de Costanza. Ce fut un grand scandale à Rome à l'époque, mais en raison de sa position d'ami du pape, Bernini ne fut pas puni. Au lieu de cela, on lui ordonna de se marier, et il fit donc un mariage arrangé avec Caterina Tezio en 1639. Ils eurent ensuite onze enfants. Dans une tournure ironique de cette histoire désordonnée, Luigi fut banni de Rome et Costanza fut emprisonnée, condamnée pour adultère.


La période tardive


Pendant le pontificat du papeAlexandre VII (1655-67), le Bernin a tenté de transformer Rome par un projet d'urbanisme coûteux. Il réussit à recréer la "gloire de Rome" qui avait commencé au XVe siècle et se concentre sur l'architecture, notamment la piazza menant à Saint-Pierre.

Bernini peint par Giovanni Battista Gaulli (1665)

Bernini peint par Giovanni Battista Gaulli (1665)

Le Bernin travailla pendant un certain temps à Paris en 1665, et ce fut le seul séjour important qu'il fit loin de Rome depuis son arrivée de Naples. Il devint une figure populaire pendant son séjour en France, et on le reconnaissait même lorsqu'il marchait dans les rues de Paris. Le roiLouis XIV avait invité le Bernin et d'autres architectes italiens à travailler sur le palais du Louvre, mais les projets du Bernin ont été rejetés. Il ne cachait pas son aversion pour la culture et l'art français, ce qui rendait difficile l'obtention de nouvelles commandes à Paris. La seule œuvre d'art de Bernini qui subsiste de cette époque est un buste du roi Louis XIV. Après son retour à Rome, le Bernin crée une statue équestre de Louis XIV, mais lorsqu'elle est livrée à Paris, Louis XIV n'en est pas satisfait et fait remplacer la tête.

L'autoportrait du Bernin (1665)

L'autoportrait du Bernin (1665)

De retour à Rome, le Bernin continue à travailler pour le pape Alexandre VII puis pour le pape Clément IX, réalisant des améliorations pour les cathédrales et les églises de la ville. Il créa également le monument funéraire du pape Clément IX et une statue du pape successif Clément X. La dernière œuvre du Bernin fut Salvator Mundi, achevée en 1679. Il s'agit d'une sculpture en marbre du Christ, qu'il décrivait comme son "chéri" créé par dévotion. Il meurt en 1680 à l'âge de quatre-vingt-un ans et est enterré aux côtés de ses parents dans la basilique de Santa Maria Maggiore.


L'héritage de Gian Lorenzo Bernini


Du vivant du Bernin, son œuvre était admirée pour sa présentation innovante de la sculpture sous de nouvelles formes, ouvrant une nouvelle ère de la sculpture européenne qui devint synonyme du mouvementbaroque.Leopolgo Cicognara a écrit que "personne, avant ou après Gian Lorenzo, n'a peut-être laissé une marque aussi profonde sur une période aussi longue de l'histoire de l'art ; Bernini est synonyme de baroque". Son travail allait également au-delà de ce que l'on attendait de l'art - ses œuvres étaient conçues pour toucher les spectateurs avec tous leurs sens et pouvaient favoriser les expériences religieuses, non seulement sur le plan rationnel mais aussi sur le plan émotionnel.

Tombe de la famille Bernini à Santa Maria Maggiore, Rome

Tombe de la famille Bernini à Santa Maria Maggiore, Rome

Il a eu un impact majeur sur la ville de Rome, façonnant son architecture et laissant une empreinte que peu d'artistes ont laissée depuis. Le Bernin s'inscrit dans la lignée des grands sculpteurs italiens, aux côtés deDonatello,Michel-AngeetCanova.


Le Bernin n'était pas exempt de critiques. À la fin de sa vie, il y eut une réaction contre l'extravagance de son œuvre. Des érudits commeJohann Winckelmann estimaient que l'art devait faire appel à l'esprit, alors que l'art du Bernin faisait excessivement appel aux sens. En fait, le terme "baroque" a d'abord été jugé péjoratif en raison de la nature théâtrale des œuvres du Bernin et d'autres artistes. Toutefois, à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, les historiens de l'art ont commencé à réévaluer l'œuvre du Bernin et à écrire des articles positifs sur le mouvement baroque. Au cours des dernières décennies, de nombreuses expositions ont été consacrées à l'œuvre du Bernin, faisant de lui le père incontesté de la sculpture baroque.


Le Bernin a également eu un impact important sur les artistes à venir, car son intérêt pour la sensualité, la chair et le corps humain a ouvert la voie à de nombreux innovateurs. Les expressionnistes allemands, en particulier, ont été fortement influencés par le Bernin et l'art baroque en raison de l'importance qu'ils accordent à l'expérience humaine et aux émotions intenses. Des artistes contemporains ont également fait référence à l'œuvre du Bernin, comme Ian Hamilton Finlay etJeff Koons. Son expertise technique continue d'être étudiée et son insistance sur le fait que la beauté doit être trouvée dans l'observation de la nature plutôt que dans l'étude des statues classiques ou des peintures de la Renaissance a marqué une rupture avec l'approche traditionnelle de la création artistique, qui a continué à être pratiquée longtemps après sa mort.

Laisser un commentaire

Inscrivez vous a notre news letter