Achetez les œuvres en ligne, et faites vous livrer dans toute l’Algérie.

0

Votre panier est vide

janvier 20, 2023 9 translation missing: fr.blogs.article.read_time

Oskar Kokoschka

Peintre , graveur , dessinateur , sculpteur , poète et dramaturge autrichien 

Né le 1er mars 1886 à Pöchlarn, Autriche

Décès : 22 février 1980 - Montreux, Suisse



Enfance


Oskar Kokoschka est né en 1886 à Pöchlarn, une petite ville sur le Danube, à 100 kilomètres à l'ouest de Vienne. Son père Gustav, issu d'une famille patricienne allemande d'orfèvres, était un vendeur ambulant et sa mère Maria Romana (née Loidl) était une fille de forestier originaire de l'État de Styrie, dans le sud-est de l'Autriche. Lorsqu'on l'interroge sur son enfance, Kokoschka dit qu'il a été un enfant très heureux et que son père lui a donné des livres qui l'ont formé en tant qu'homme et artiste. Parmi ceux-ci figuraient une version abrégée de l'Odyssée et l'Orbis Sensualium Pictus, un manuel pour enfants écrit en 1658 par l'éducateur tchèque John Amos Comenius. C'est à partir de ces ouvrages qu'il a commencé à apprécier la littérature classique et les arts.

La réalité, cependant, était probablement un peu plus amère pour le jeune Oskar. Son père se débattait avec son entreprise, déménageant fréquemment la famille dans des appartements plus petits, plus éloignés du centre du village. Il a finalement fait faillite et a déménagé la famille à Vienne alors que Kokoschka n'avait que trois ans. Il avait une sœur cadette, Berta, et un frère, Bohuslav, mais son frère aîné est mort alors que Kokoschka n'était qu'un nourrisson.


Formation et travail de jeunesse


À Vienne, Kokoschka fréquente la Realschule, une école secondaire où l'accent est mis sur les sciences et les langues. Cependant, Kokoschka s'intéressait surtout aux arts et à la littérature classique. Après avoir été encouragé par un professeur, Kokoschka, âgé de dix-huit ans, est entré à la Kunstgewerbeschule, l'université des arts appliqués de Vienne. La plupart des professeurs de l'école appartenaient àla Sécession viennoise, qui, dans ses premières années, a adopté les styles de l'Art nouveau et duJugendstil. Kokoschka y a amélioré ses compétences en dessin et a étudié la reliure, la lithographie et d'autres métiers. À cette époque, son professeur Carl Otto Czeschka le pousse à développer son propre style, et ses premières peintures à l'huile datent de 1905 et 1906. En 1907, il devient membre dela Wiener Werkstätte, une alliance d'artistes et de designers à l'origine du design moderne. Kokoschka participe en tant que graphiste à la création de cartes postales, d'ex-libris et de dessins pour enfants, dans lesquels il inclut souvent la figure humaine comme motif décoratif.

Gustav Klimt, le chef de file des sécessionnistes, a inclus Kokoschka dans son exposition de 1908 au Kunstchau, car il le considérait comme "le plus grand talent de la jeune génération". Klimt a choisi d'exposer Les garçons rêveurs de Kokoschka, un poème illustré par huit lithographies. Ce poème, qui traite de la sexualité naissante des adolescents, fait scandale mais assure à Kokoschka une place dans l'exposition de l'année suivante. C'est là que Kokoschka a rencontréAdolf Loos, un architecte viennois qui est devenu son protecteur et son défenseur, et à qui Kokoschka a admis qu'il "devait tout". En 1909, Kokoschka est expulsé de la Kunstgewerbeschule après que la représentation de sa pièce violente et macabre Mörder Hoffnung der Frauen (Meurtrier, l'espoir des femmes) a provoqué une émeute. Grâce au soutien de Loos, Kokoschka se rend ensuite en Suisse en 1910 où il peint des paysages et des portraits d'aristocrates atteints de tuberculose dans le sanatorium de Leysin. À cette époque, il fournit également des dessins, dont certains illustrent son célèbre drame Meurtrier, l'espoir des femmes, à la revue progressiste Der Sturm, qui promeutl'expressionnisme allemand et d'autresarts d'avant-garde.


La période de maturité


En 1911, après des expositions à Vienne et à Berlin, qui comprenaient des représentations de jeunes filles nues, plusieurs commandes de portraits passées par de riches Viennois, sa participation au journal d'avant-garde Der Sturm et son style de vie bohème, Kokoschka était devenu un artiste notoire, qui choquait la société bourgeoise statique dans laquelle il évoluait. Comme le documente l'historien de l'artClaude Cernuschi, Kokoschka était "qualifié de criminel et de dégénéré par une presse hostile", si bien qu'il "s'est rasé la tête, selon ses propres termes, "pour faire bonne figure"". Il était si controversé que l'archiducFranz Ferdinand, héritier du trône de l'Empire austro-hongrois, après avoir vu une exposition des œuvres de Kokoschka, aurait déclaré qu'"il voulait briser tous les os du corps de Kokoschka".

En 1912, Kokoschka rencontreAlma Malher, la veuve du célèbre compositeurGustav Mahler, et ils entretiennent une liaison torride qui deviendra une source majeure d'inspiration et de difficultés dans sa vie. Kokoschka lui a demandé sa main à plusieurs reprises, mais Mahler a toujours refusé et a fini par le quitter pour un autre amant, l'architecteWalter Gropius (qui deviendra plus tard célèbre pour sonBauhaus). Mahler se souvient : "Les trois années passées avec lui ont été une seule et intense bataille d'amour. Jamais auparavant je n'avais goûté à tant de tension, tant d'enfer, tant de paradis". Pendant leur période de vie commune, Kokoschka a peint de nombreux portraits du couple, dont Double portrait d'Oskar Kokoschka et Alma Mahler (1912-1913), dans lequel Alma est représentée portant une robe rouge. Elle se souvient : "On m'a offert un jour une chemise de nuit rouge flamme. Je ne l'aimais pas à cause de sa couleur trop vive. Oskar me l'a tout de suite prise et, à partir de ce moment-là, il s'est promené dans son atelier en ne portant rien d'autre. Il le portait pour recevoir ses visiteurs stupéfaits et on le trouvait plus souvent devant le miroir que devant son chevalet". L'un des tableaux les plus célèbres de Kokoschka, La Tempête (ou La Fiancée du vent) (1913-14), est un double portrait des deux amants maintenus à flot au milieu d'une tempête de coups de pinceau énergiques. Oskar a dédié ce tableau et près de 450 autres œuvres à Alma. Après l'avortement de Mahler, Kokoschka, inconsolable, s'est engagé dans l'armée en 1915 pour participer à la Première Guerre mondiale, vendant La Tempête pour acheter son propre cheval.

Kokoschka a été blessé deux fois pendant la guerre : en Ukraine, une balle lui a traversé la tête, et en Russie, une baïonnette lui a transpercé la poitrine. Il a miraculeusement survécu à ces deux blessures mais a souffert de migraines et d'hallucinations pendant de nombreuses années par la suite. Il a déclaré : "La guerre était épouvantable, je ne savais pas si j'en sortirais un jour vivant, mais si c'était le cas, j'escaladerais le plus haut sommet pour voir ce qui motive les gens à sacrifier leur vie sans raison." Pendant ses convalescences à Vienne puis à Dresde, il écrit plusieurs pièces de théâtre, dont Orpheus und Eurydike (1918), sur ses expériences de guerre.

Encore sous le choc du départ d'Alma, en 1918, Kokoschka a demandé à la pouponnière munichoise Hermine Moos de fabriquer une poupée grandeur nature avec le corps et les traits du visage d'Alma Mahler. Il a fourni à Moos des dimensions, des dessins et des instructions précises, en écrivant : "Veuillez permettre à mon sens du toucher de prendre plaisir à ces endroits où les couches de graisse ou de muscles cèdent soudainement la place à une couverture nerveuse de peau. Pour la première couche (à l'intérieur), veuillez utiliser du crin de cheval fin et bouclé ; vous devez acheter un vieux canapé ou quelque chose de similaire ; faites désinfecter le crin de cheval. Ensuite, par-dessus, une couche de poches bourrées de duvet, de la ouate pour le siège et les seins. Le but de tout cela pour moi est une expérience que je dois être capable d'embrasser". Plus tard, il a demandé à la fabricante de poupées si elle pouvait ouvrir la bouche et y ajouter des dents et une langue. Kokoschka fut déçu par le résultat final ; il écrivit à Moos : "L'enveloppe extérieure est une peau d'ours polaire, convenant à une imitation de descente de lit hirsute plutôt qu'à la peau douce et souple d'une femme." Malgré son mécontentement, il habilla tout de même la poupée et la sortit en public, provoquant de nombreuses spéculations et rumeurs. Finalement, la poupée est devenue un modèle pour plusieurs peintures, mais au cours d'une fête bruyante, Kokoschka l'a décapitée et a versé une bouteille de vin sur elle, exorcisant ainsi son obsession pour Alma Mahler.

Dans les années 1920, Kokoschka est professeur à l'Académie de Dresde et voyage beaucoup en Europe, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, peignant principalement des paysages. En 1927, il présente sa plus grande exposition personnelle au Kunsthaus de Zurich et, entre 1931 et 1933, il se rend fréquemment à Paris où il réalise plusieurs portraits de la danseuse américaine Mary Meerson.

En 1934, en pleine montée du pouvoir nazi, Kokoschka se rend à Prague, où il rencontre sa future épouse Olda. Là, on lui commande un portrait du philosopheTomáš G. Masaryk, président de la Tchécoslovaquie. Les deux hommes se lient d'amitié et discutent souvent du philosophe du XVIIe siècle Comenius. En 1935, Kokoschka obtient la nationalité tchèque.

En 1937, les nazis déclarent que Kokoschka est un artiste dégénéré, incluant La Tempête (1913) et plusieurs autres œuvres dans la tristement célèbre Expositiond'art dégénéré, qui ont été vues aux côtés d'œuvres deWassily Kandinsky,Paul Klee et du collègue viennois de Kokoschka,Egon Schiele. En guise de réponse, il peint le portrait provocateur d'un artiste dégénéré (1937) lors d'un de ses séjours dans la maison des parents d'Olda, près de Prague.

À cette époque, Kokoschka est un ennemi déclaré des Allemands ; après les accords de Munich, Olda et lui échappent à l'invasion imminente de la Tchécoslovaquie et se réfugient à Londres. Là, il participe à l'exposition Twentieth Century German Art avec 22 œuvres. De Londres, le couple s'installe en Cornouailles, où il peint une série de paysages, qui contiennent souvent des allégories politiques mettant en cause l'immobilisme de l'Angleterre et d'autres pays européens face à l'avancée des nazis et la terrible situation des réfugiés.

Au début des années 1940, Oskar et Olda déménagent à nouveau, cette fois en Écosse et au nord du Pays de Galles, où il continue à réaliser des paysages, souvent à l'aide de crayons de couleur ; en 1943, ils retournent à Londres et, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, ils obtiennent la citoyenneté britannique. En 1947 et 1948, il reçoit une reconnaissance significative avec une rétrospective, d'abord à Bâle puis à Zurich, et une invitation à la Biennale de Venise, où il représente l'Autriche avec 16 tableaux. Comme il l'a dit à sa sœur, le grand succès de ces expositions lui a rendu sa "joie de vivre, sa foi en l'humanité et son espoir en l'avenir."

Kokoschka, dont la situation financière est enfin assurée, expose dans toute l'Europe et aux États-Unis et continue de voyager avec Olda, peignant des portraits et des paysages en cours de route. En 1949, un ami et émigré autrichien, le comte Antoine Sielern, un érudit connu pour sa remarquable collection de peintures demaîtres anciens ainsi que d'œuvres plus modernes desimpressionnistes et deCézanne, a demandé à Kokoschka de créer une peinture de plafond pour sa résidence. Achevant le Triptyque de Prométhée au cours de l'été 1950, Kokoschka estimait qu'il s'agissait de sa peinture la plus importante à ce jour, un avertissement contre la domination croissante de la science et de la technologie et les conséquences de "l'arrogance intellectuelle de l'homme".


Période tardive


En 1953, Kokoschka s'installe en Suisse et lance un séminaire annuel à l'Académie d'été des arts visuels de Salzbourg, en Autriche, intitulé School of seeing. Il voulait apprendre aux jeunes artistes "à relier le passé spirituel des peuples européens au présent, à l'expérience individuelle" plutôt qu'à "ce qui est à la mode ou à la manière de suivre une recette"." En 1954, il peint un deuxième triptyque mythologique, Les Thermopyles, pour l'université de Hambourg, et au cours des années 1950 et 1960, il travaille de plus en plus avec la lithographie et conçoit des tapisseries, des scénographies et des costumes pour le théâtre. Dans son pays d'adoption, l'Angleterre, Kokoschka reçoit des honneurs notables. En 1960, l'Université d'Oxford lui décerne un doctorat honorifique, et la Tate Gallery lui accorde sa première rétrospective britannique en 1962.

Les tableaux tardifs de Kokoschka ont une palette plus vive, mais n'ont pas les coups de pinceau intensément nerveux de ses premiers tableauxexpressionnistes. Malgré sa vue défaillante, évoquée dans sa toile Mal'Occhio de 1973, Kokoschka a continué à peindre jusqu'à ses 90 ans. Il a laissé un certain nombre d'interviews, un volume de recueils d'écrits et a écrit une autobiographie intitulée Ma vie (1974). Il est mort en 1980 dans une clinique de Montreux, en Suisse.


L'héritage d'Oskar Kokoschka

Au cours de sa longue carrière, Kokoschka n'a jamais fait formellement partie d'un mouvement ou d'un groupe d'artistes ; néanmoins, son œuvre est le plus souvent considérée comme un représentant del'expressionnisme. Ses premières œuvres théâtrales ont lancé le théâtre expressionniste en Europe, et ses illustrations ont eu un impact sur la conception graphique. Bien que son travail ait connu des hauts et des bas au fil des décennies, les portraits et les autoportraits de Kokoschka, avec leur approche psychologique pénétrante, restent ses œuvres les plus connues et les plus inspirantes. Kokoschka a laissé des traces indélébiles chez les étudiants qu'il a enseignés à l'Académie de Dresde de 1919 au milieu des années 1920, ainsi que chez ceux qui ont suivi son école de la vue à l'Académie internationale d'été des beaux-arts de Salzbourg entre 1953 et 1963. Son maniement expressionniste de la peinture trouvera des héritiers parmiles expressionnistes abstraits américains, même s'ils ont largement rejeté les sujets identifiables, etles néo-expressionnistes des années 1970 et 1980, dont l'artiste allemandAnselm Kiefer, qui a repris l'esthétique du maître autrichien et ses thèmes de la guerre et du mythe. Des artistes plus contemporains, tels queJenny Saville etCecily Brown, actualisent les coups de pinceau expressionnistes énergiques de Kokoschka dans leurs représentations de la forme féminine.

Laisser un commentaire

Inscrivez vous a notre news letter