Achetez les œuvres en ligne, et faites vous livrer dans toute l’Algérie.

0

Votre panier est vide

janvier 11, 2023 6 translation missing: fr.blogs.article.read_time

Camille Pissarro


Peintre et graveur franco-danois


Né le 10 juillet 1830 - St. Thomas, Antilles danoises

Décès : 13 novembre 1903 - Paris, France



Enfance


Jacob Abraham Camille Pissarro est né dans une famille juive et portugaise et a grandi à Saint-Thomas dans les îles Vierges américaines, alors les Antilles danoises. Ses parents, Frederic Pissarro et Rachel Petit, possédaient une modeste quincaillerie générale et encourageaient leurs quatre fils à poursuivre le commerce familial. En 1842, Pissarro est envoyé dans un pensionnat à Passy, près de Paris, en France, pour compléter son éducation. Ses intérêts artistiques commencent à émerger grâce au directeur de l'école, Monsieur Savary, qui l'encourage à s'inspirer directement de la nature et à utiliser l'observation directe dans ses dessins, rendant empiriquement chaque objet dans sa forme la plus vraie. À l'âge de 17 ans, Pissarro retourne à Saint-Thomas pour se plonger dans l'entreprise familiale ; cependant, l'artiste se lasse rapidement des activités mercantiles et continue à dessiner des scènes de bateaux pendant son temps libre sur les quais.


Formation initiale

camille pissaro

Au début des années 1850, Pissarro abandonne l'entreprise familiale après avoir rencontré le peintre danoisFritz Melbye. Il suit Melbye à Caracas, au Venezuela, et s'engage à devenir peintre. Cet acte témoigne d'une indépendance dévouée que Pissarro n'abandonnera jamais au cours de sa carrière ; largement, voire entièrement autodidacte, Pissarro était intransigeant dans son engagement envers son art, un facteur majeur qui a contribué à sa pauvreté persistante. En 1855, Pissarro est retourné à Paris, où il a été exposé aux œuvres d'Eugène Delacroix,Jean-Baptiste-Camille Corot,Gustave Courbet,Charles-François DaubignyetJean-François Millet à l'Exposition Universelle et où il a commencé à suivre des cours privés à l'École des Beaux-Arts en 1856. Il commence à travailler avec Corot, qui l'encourage à se présenter au Salon. En 1859, alors qu'il suit des cours à l'Académie suisse, Pissarro rencontreCézanne, qui deviendra l'un de ses plus proches amis. En 1861, Pissarro s'inscrit comme copiste au Musée du Louvre et, à la même époque, il rencontre Julie Vellay, la fille d'un propriétaire de vignobles de la région de Bourgogne. Ils se marient à Londres en 1871 et auront huit enfants. Sa fille Jeanne-Rachel (surnommée "Minette") tombe malade et meurt de la tuberculose en 1874 à l'âge de huit ans, un événement qui a profondément marqué Pissarro, le conduisant à peindre une série de tableaux intimes détaillant la dernière année de sa vie.

Pissarro a commencé à se présenter au Salon à la fin des années 1860. Ses paysages de cette décennie reflètent sa profonde connaissance et son exposition aux techniques de composition des maîtres français du XVIIIe siècle. Cependant, c'est au cours de ces années que Pissarro se rapproche également du cercleimpressionniste. Tout en gardant un atelier à Paris, il préférait passer son temps à Louveciennes, une région rurale située à une trentaine de kilomètres à l'ouest de Paris et privilégiée par les impressionnistes. Là, éloigné de l'environnement urbain, il peinten plein air, représentant des sujets paysans dans des cadres naturels et se concentrant sur les effets de lumière et les conditions atmosphériques créés par le changement des saisons. Ces nouvelles préoccupations dans son art ont donné lieu à un style mature plus purement impressionniste. Bien que des œuvres de Pissarro aient été acceptées au Salon officiel de 1859, il exposera au Salon des Refusés avec le cercle dissident d'Édouard Manet dans les années 1860, un antécédent important de ses contributions à la première exposition impressionniste de 1874.


Période de maturité

camille pissaro

La première moitié des années 1870 est considérée comme l'apogée de la carrière de Pissarro, lorsqu'il a achevé certaines de ses œuvres les plus significatives, notamment Hoar Frost, the Old Road to Ennery, Pointoise (1873). Plusieurs développements personnels ont contribué à la production sophistiquée de sa période de maturité. De 1870 à 1871, il se réfugie à Londres pour échapper aux événements chaotiques de la guerre franco-prussienne et de la Commune de Paris, période au cours de laquelle la majorité de ses œuvres antérieures sont détruites. À Londres, Pissarro fait la connaissance deClaude Monet, et tous deux se mettent à apprécier les œuvres deJ.M.W. Turner exposées à la National Gallery. Daubigny les présente au marchand d'art Paul-Durand Ruel, qui sera plus tard l'agent de Pissarro en France. De retour à Paris, Pissarro et Monet organisent la première expositionimpressionniste en 1874 dans la galerie du photographeNadar. Bien que l'exposition ait été accueillie par des critiques sévères et la confusion des spectateurs, les contributions de Pissarro ont fait l'objet de commentaires plus réfléchis de la part de l'écrivain et critique d'artPhilippe Burty, qui a remarqué le rapport stylistique entre les œuvres de Pissarro et de Millet. Le critiqueThéodore Duret réitérera cette remarque dans sa correspondance personnelle avec Pissarro. Peut-être plus important encore, la relation professionnelle et personnelle de Pissarro etCézanne atteint son apogée au milieu des années 1870, lorsque les deux hommes travaillent ensemble, réexaminant et retravaillant étroitement les peintures de Pissarro des années 1860.


Les dernières années et la mort


À la fin des années 1870, l'œuvre de Pissarro révèle des choix stylistiques contradictoires qui l'éloignent d'une esthétique purement impressionniste. Alors que l'impressionnisme devient plus largement accepté, Pissarro s'efforce de maintenir sonart avant-gardiste et pertinent en testant de nouveaux concepts théoriques.Edgar Degas et lui ont réalisé ensemble des gravures basées sur les techniques de composition utilisées par les graveurs sur bois japonais ; il a également commencé à collaborer avec la nouvelle génération de peintresnéo-impressionnistes,Paul Signac etGeorges Seurat, au milieu des années 1880. Cette affiliation avec des artistes plus jeunes était due à des affinités tant politiques que professionnelles. Sur le plan esthétique, Pissarro s'est intéressé à la techniquepointilliste adoptée par ces artistes pour son fondement théorique dans la théorie de la couleur, un concept qui résonnait avec son exposition initiale au dessin empirique pendant son enfance et sa fascination impressionniste pour l'effet de la lumière sur la couleur. Politiquement, il était un anarchiste convaincu, et les harmonies de couleurs qui sous-tendentle pointillisme, créées par la juxtaposition de couleurs complémentaires, étaient liées dans son esprit à la promesse utopique d'une harmonie sociale obtenue par l'union des individus dans une société anarchiste.

Bien que la notion de Pissarro en tant que peintre politique soit contestée, les événements de sa vie personnelle témoignent de ses convictions profondes. En 1894, après l'assassinat du président français par un anarchiste italien, Pissarro a brièvement exilé sa famille en Belgique pour éviter les persécutions politiques. Peu de temps après, Pissarro se brouille avec son amiDegas au sujet del'affaire Dreyfus (1894-1906), qui débute lorsque le gouvernement français condamne le capitaine militaire juif Alfred Dreyfus pour trahison. Lorsqu'il fut découvert que Dreyfus était innocent et que le gouvernement avait choisi de dissimuler son erreur plutôt que d'admettre sa faillibilité, la réaction de la société française montra une tendance à l'antisémitisme qui troubla intensément le juif Pissarro. Degas est l'un de ceux dont l'antisémitisme latent s'est révélé en réaction au scandale, au point qu'il traversait la rue pour éviter son ancien ami et collaborateur artistique. Pissarro est mort avant que l'affaire Dreyfus ne soit finalement résolue, mais cet incident polarisant a amplifié son dévouement à la justice sociale au cours de ses dernières années. À la fin de sa vie, il a contracté une infection oculaire récurrente qui l'empêchait de travailler à l'extérieur, mais il a continué à peindre depuis les fenêtres de sa maison et de certains hôtels parisiens. Il est mort de septicémie, ou empoisonnement du sang, en 1903. Sa femme et ses sept enfants lui ont survécu.


L'héritage de Camille Pissarro


Pissarro a été très influencé par les paysagistes réalistesCorot,Courbet etMillet et a exercé une grande influence sur un grand nombre de peintres plus jeunes. En conséquence, son œuvre a créé un pont vital entrele réalisme etl'abstraction des XIXe et XXe siècles, en particulier dans l'héritage de la peinture moderniste française. Son investissement personnel dans l'évolution de la technique esthétique a contribué à des développements significatifs dans lesavant-gardes ultérieures.

Cézanne est notamment connu pour avoir appris le style impressionniste au début des années 1870 en copiant une œuvre de Pissarro, alors que les deux peintres peignaient ensemble à Louveciennes. Il n'est pas exagéré de dire que cette relation a été une étape décisive sur le long chemin qui a conduit Cézanne à devenir le père dumodernisme du XXe siècle. Leur échange artistique a duré des décennies, et Cézanne, trois ans après la mort de Pissarro, s'est identifié dans une exposition rétrospective comme "Paul Cézanne, élève de Pissarro". Plus précisément, l'œuvre de Cézanne montre une volonté de construire un tableau non seulement par l'étude intense de la nature, mais aussi par la manipulation de la couleur pour parvenir à une image visuelle "plus vraie".Gauguin se référait affectueusement à la nature "intuitive" de l'art de Pissarro, et l'interprétation franche et naïve des paysans français au début de sa carrière et des villageois tahitiens dans son œuvre de maturité est due aux représentations directes et sans fioritures de la campagne de Pissarro.

Laisser un commentaire

Inscrivez vous a notre news letter