Achetez les œuvres en ligne, et faites vous livrer dans toute l’Algérie.

0

Votre panier est vide

octobre 16, 2022 6 translation missing: fr.blogs.article.read_time

Georges Seurat


Dessinateur et peintre francais 


Naissance : 2 décembre 1859 - Paris, France

Décès : 29 mars 1891 - Paris, France



Enfance


Georges Seurat est né à Paris le 2 décembre 1859, le plus jeune de trois enfants. Son père, Chrysostome-Antoine Seurat, est huissier de justice ; sa mère, Ernestine Faivre, est issue d'une famille prospère qui a produit plusieurs sculpteurs. Le père excentrique de Seurat s'est déjà retiré avec une petite fortune lorsque Seurat est né, et il passe la plupart de son temps au Raincy, à quelque 12 kilomètres de la confortable maison familiale à Paris. Le jeune Seurat vit avec sa mère, son frère Émile et sa sœur Marie-Berthe.

En 1870, la famille s'installe temporairement à Fontainebleau, où elle reste pendant la guerre franco-prussienne et la rébellion de la Commune de Paris qui s'ensuit. Seurat commence à s'intéresser sérieusement à l'artdès l'enfance et est encouragé par les leçons informelles de son oncle maternel, Paul Haumonté, marchand de textiles et peintre amateur.


Formation initiale


La formation formelle de Seurat commence vers 1875, lorsqu'il entre à l'école municipale d'art sous la direction du sculpteurJustin Lequien. Il s'y lie d'amitié avec Edmond Aman-Jean (1858-1935) et ils entrent ensemble à l'École des Beaux-Arts dirigée par Henri Lehmann, un disciple du peintre néo-classiqueJean-Auguste-Dominique Ingres.

Seurat fréquente l'Académie de février 1878 à novembre 1879. Le programme d'études met particulièrement l'accent surle dessin et la composition, et Seurat passe la majeure partie de son temps à dessiner à partir de plâtres et de modèles vivants.

georges seurat

Seurat passe son temps libre à mener ses propres études artistiques et visite fréquemment les musées et les bibliothèques de Paris. Il suit également les cours du peintrePierre Puvis de Chavannes, spécialisé dans les grandes scènes classiques et allégoriques. Les esquisses de Seurat datant de 1874 comprennent des copies de dessins d'Holbein, une esquisse de la main deNicolas Poussin tirée de l'autoportrait acclamé du Louvre, et des figures tirées de dessins deRaphaël.

La Grammaire dela peinture et de la gravure deCharles Blanc (1867) et les Principes de l'harmonie et du contraste des couleurs deMichel-Eugène Chevreul (1839) ont initié Seurat aux théories de la couleur et à la science de l'optique, qui sont devenues essentielles pour sa réflexion et sa pratique en tant que peintre. La découverte de Chevreul qu'en juxtaposant des couleurs complémentaires, on pouvait produire l'impression d'une autre couleur est devenue l'une des bases de la techniquedivisionniste de Seurat.

En avril 1879, Seurat visite la quatrième exposition desimpressionnistes. C'était la première fois qu'il voyait leurs peintures et les œuvres deClaude Monet etCamille Pissarro, des artistes libérés des rigidités des règles académiques, ont grandement influencé ses expérimentations ultérieures. Mais en novembre, son service militaire commence à Brest, où il consacre tout son temps libre à la lecture et à remplir ses carnets de croquis d'études de ses camarades recrues, de paysages marins et de scènes de rue.

Au cours des années suivantes, Seurat approfondit sa compréhension de la théorie des couleurs et des effets de la couleur sur l'œil humain. Il étudie également le coup de pinceau du peintre romantiqueEugène Delacroix et lit Modern Chromatics (1879) d'Ogden N. Rood, qui propose aux artistes d'expérimenter le contraste des couleurs en juxtaposant de petits points de couleur pour voir comment l'œil les mélange.


Période de maturité



Seurat commence à appliquer ses recherches théoriques à des compositions exécutées entre 1881 et 1884, qui aboutissent à son premier grand projet de peinture, les Baigneuses à Asnières (1884). Cette toile monumentale, qui représente un groupe d'ouvriers se détendant au bord de la Seine, est basée sur de nombreuses petites esquisses à l'huile et études de figures. La composition finale est une restitution accomplie de la lumière et de l'atmosphère de l'été. Elle est en grande partie réalisée à l'aide d'une technique de coups de pinceau croisés connue sous le nom de balayage et a été retouchée ultérieurement par Seurat avec des points de couleur contrastée dans certaines zones.

Seurat a présenté Baigneuses au Salon de 1883, parrainé par l'État, mais le jury l'a rejeté. Par la suite, Seurat et plusieurs autres artistes ont fondé la Société des Artistes Indépendants, ce qui lui a permis d'exposer Baignoires en juin 1884. C'est là qu'il rencontre et se lie d'amitié avec un autre artiste,Paul Signac, qui est fortement influencé par les techniques de Seurat.

Un portrait de Seurat réalisé en 1883 par le Français Ernest Laurent.

Un portrait de Seurat réalisé en 1883 par le Français Ernest Laurent.

Après les baigneurs Seurat a commencé à travailler sur Dimanche après-midi sur l'île de la Grande Jatte, une peinture murale qui lui a pris deux ans. L'artiste s'est rendu à de nombreuses reprises à La Grande Jatte, une île de la Seine située dans la banlieue parisienne de Neuilly, réalisant des dessins et plus de trente esquisses à l'huile pour préparer l'œuvre finale. Durant l'hiver 1885-86, il retravaille le tableau selon la technique qu'il appelle le "chromo-luminarisme", également connue sous le nom dedivisionnisme ou depointillisme. Cette technique utilise des points de couleur contrastée qui, vus de loin, interagissent pour créer un effet lumineux et chatoyant. Il a également repeint des sections des Baigneuses dans le même style vers 1887.

georges seurat

Seurat a exposé La Grande Jatte à la huitième expositionimpressionniste en mai 1886. Ses effets visuels de lumière et de couleur, ainsi que sa représentation complexe des différentes classes sociales ont fait de Seurat le chef de file d'une nouvelleavant-garde.


Période tardive

L'exposition de La Grande Jatte en 1886 a suscité de manière inattendue un intérêt international pour l'œuvre de Seurat. Peu après l'exposition, Seurat est mentionné dans une revue d'avant-garde et certaines de ses peintures sont exposées par le célèbre marchand d'artPaul Durant-Ruel à Paris et à New York.

À cette époque, il commence à fréquenter un groupe très fermé d'artistes et d'écrivains symbolistes basés à Paris. Ses nouvelles associations troublent ses amisPissarro etSignac, qui pensent qu'il délaisse l'étude pure de la couleur et de la lumière au profit de sujets idéalisés. Les dernières œuvres majeures de Seurat dépeignent la vie nocturne parisienne et partagent toutes une palette sourde similaire qui diffère grandement de la vivacité de ses peintures antérieures.

Au milieu des années 1880, la technique divisionniste/pointilliste de Seurat commence à utiliser des traits et des taches de couleur plus larges et plus espacés, conférant aux œuvres une plus grande légèreté, comme dans L'échouage à Grandcamp (1885).

Au milieu des années 1880, la technique divisionniste/pointilliste de Seurat commence à utiliser des traits et des taches de couleur plus larges et plus espacés, conférant aux œuvres une plus grande légèreté, comme dans L'échouage à Grandcamp (1885).

Hormis une brève période de reprise du service militaire à l'été 1887, Seurat passe ses étés sur la côte normande, peignant des scènes de bord de mer à Honfleur en 1886, Port-en-Bessin en 1888, Le Crotoy en 1889 et Gravelines en 1890. En hiver, il termine ces tableaux et réalise de grandes compositions de personnages. Bien qu'exécutés dans son style pointilliste, les points ont tendance à être plus fins et plus espacés, ce qui donne aux tableaux un aspect plus spontané.

En 1889, Seurat se rend en Belgique, où il expose au Salon des Vingt (XX) à Bruxelles. Au retour de ce voyage, il rencontreMadeleine Knobloch, un mannequin de 20 ans, et commence à vivre secrètement avec elle. Knobloch donne naissance à un fils en février 1890, à l'insu de ses amis et de sa famille.

Lors de son exposition au Salon des Indépendants la même année, Seurat présente son seul portrait connu de Madeleine Knobloch : Jeune femme se poudrant.

Madeleine Knobloch est à nouveau enceinte au début de l'année 1891, alors que Seurat est en train de peindre Le Cirque. Ce tableau restera inachevé. Le 26 mars, Seurat tombe subitement malade et meurt trois jours plus tard. Son fils meurt d'une maladie similaire deux semaines plus tard et est enterré aux côtés de Seurat au cimetière duPère-Lachaise à Paris.


L'héritage de Georges Seurat


Seurat n'avait que 31 ans lorsqu'il est mort, mais il a laissé derrière lui une œuvre influente, comprenant sept peintures monumentales, des centaines de dessins et d'esquisses, et une quarantaine de peintures et d'esquisses de plus petite taille. Bien que son œuvre soit relativement modeste en quantité, elle a eu un impact durable. Il a été l'un des premiers artistes à faire un usage systématique et sérieux de la théorie des couleurs, et ses innovations techniques ont influencé nombre de ses pairs. Lorsque le termenéo-impressionnisme a été inventé par le critique d'artFélix Fénéon en 1886, c'était pour décrire le nouveau style de peinture de Seurat,Signac etPissarro et leur rejet de la spontanéité del'impressionnisme.

Situé entrel'impressionnisme au XIXe siècle et le fauvisme etle cubisme au début du XXe siècle, le néo-impressionnisme a apporté avec lui une nouvelle prise de conscience des qualités de surface de la peinture et des effets décoratifs, contribuant ainsi au développement de l'abstraction.

Seurat est souvent cité par les artistes qui s'intéressent aux effets visuels de la couleur, de la forme et de la lumière. La peintreBridget Riley lui attribue l'influence qu'elle a exercée sur son style particulier d'art Op.

Laisser un commentaire

Inscrivez vous a notre news letter