Achetez les œuvres en ligne, et faites vous livrer dans toute l’Algérie.

0

Votre panier est vide

décembre 22, 2022 9 translation missing: fr.blogs.article.read_time

Paul Signac


Peintre français 


Né : 11 novembre 1863 - Paris, France

Décès : 15 août 1935 - Paris, France



Enfance et éducation


Paul Signac est né dans une famille de la classe moyenne à Paris à la fin du XIXe siècle, pendant les dernières décennies critiques où le modernisme se développait. De manière significative, la famille déménagea très tôt dans sa vie dans le quartier de Montmartre, qui était alors un environnement artistique florissant. Ce déménagement a eu un impact considérable sur l'engagement du jeune Signac dans les arts visuels et, plus généralement, dans la culture d'avant-garde de l'époque.


Dans sa jeunesse, Signac est attiré par le travail des impressionnistes, qui sont alors encore à la pointe de l'innovation artistique. Encouragé par ses parents très libéraux, il assiste à des expositions et absorbe l'esthétique del'impressionnisme. À 16 ans, l'admiratif Signac assiste à la cinquième exposition impressionniste, où il est manifestement très impressionné par l'œuvre deClaude Monet. Alors qu'il était en train de dessiner une œuvre d'Edgar Degas, il fut confronté à unPaul Gauguin sévère et inamical qui déclara : "On ne copie pas ici, monsieur !" et fut sommairement expulsé de la galerie.


Cette même année 1880, année charnière, le père bien-aimé de Signac, Jules, succombe à la tuberculose. Après la mort de son père, sa mère, Héloïse, décide de vendre l'entreprise familiale et de déménager dans la nouvelle banlieue parisienne d'Asnières. Malheureux dans ce nouveau lieu, Signac, pourtant bon élève, quitte l'école et retourne à Montmartre, où il loue une chambre et partage son temps entre Asnières et Paris.


Si la nouvelle maison familiale d'Asnières n'est pas le cadre idéal pour un jeune artiste d'avant-garde en herbe, la région lui fournit néanmoins de nombreux sujets pour ses œuvres. Il existe de nombreux dessins et peintures réalisés par Signac dans les environs d'Asnières, du jardin extérieur de la maison aux ponts de la nouvelle banlieue chic de Paris, en passant par les berges de la Seine et les cheminées d'usine de Clichy, alors quartier industriel de Paris. De nombreux tableaux de Signac, tout au long de sa carrière, représentent des bateaux et, en effet, outre l'art, la navigation de plaisance est l'une de ses premières passions. Son premier bateau était un canoë que le jeune homme a baptisé "Manet Zola Wagner", du nom de trois de ses idoles, les célèbres peintre, écrivain et compositeur d'avant-garde.


Lorsqu'il est à Montmartre, Signac fréquente les lieux de rencontre du quartier, comme le célèbre cabaret Le Chat Noir, qu'il commence à fréquenter en 1881. Il a noué des liens avec des artistes, des écrivains, des musiciens et d'autres personnalités culturelles, tant par le biais de la vie nocturne parisienne que par des canaux plus spécialisés tels que les cercles littéraires d'avant-garde. Par exemple, il assiste aux réunions d'écrivains naturalistes qui se tiennent à la célèbre Brasserie Gambrinus ainsi que chez des écrivains comme Robert Caze. C'est à ces occasions qu'il se lie d'amitié avec les critiquesGustave Kahn etFélix Fénéon. Nombre des écrivains et des critiques qu'il a rencontrés au cours de ces premières années sont devenus par la suite d'ardents défenseurs de son travail et de son style. L'engagement de Signac dans les cercles littéraires d'avant-garde ne consistait pas seulement à s'associer à des personnes créatives, car il était lui-même un écrivain doté d'un certain talent - ayant écrit en 1882 quelques articles satiriques sur le style parfois "pesant" de son idole, Zola.


Au début des années 1880, Signac continue de visiter des expositions et attribuera plus tard à une exposition très spécifique en juin 1880, une présentation d'œuvres de Monet dans les bureaux parisiens du journal culturel La Vie moderne, le rôle déterminant dans sa décision de poursuivre une carrière dans l'art, plus précisément en tant que peintre. Il admirait non seulement le styleimpressionniste de Monet, mais aussi ses thèmes très communs - essentiellement des peintures réaliséesen plein air, en pleine nature et présentant même les sujets les plus banals.


Début de carrière


Les premières peintures de Signac datent de l'hiver 1881-1882 ; il n'a alors que 18 ans. À part une formation assez rudimentaire dans l'atelier du portraitiste et peintre d'histoire Émile Bin, des leçons gratuites, Signac est presque entièrement autodidacte. Il s'est plongé dans l'étude des peintures des principaux impressionnistes, dontMonet,Manet,Caillebotte etDegas.


L'un de ses sites favoris pour peindre était une ville côtière, Port-en-Bessin, dont les représentations de Signac datant de 1883 reflètent l'influence des œuvres qu'il avait vues lors de l'exposition de Monet dans une galerie du boulevard de la Madeleine en mars de la même année. À ce moment-là, le jeune autodidacte avait pleinement adopté le style impressionniste. En 1884, Signac avait suffisamment progressé en tant que peintre pour présenter certaines de ses œuvres au premier Salon des Artistes Indépendants parrainé par la nouvelle organisation d'artistes d'avant-garde dont il était un membre fondateur avecOdilon Redon etAlbert Dubois-Pillet.Georges Seurat y expose également des œuvres, dont son tableau Baigneuses à Asnières (1884). C'est à cette occasion que les deux artistes se seraient rencontrés pour la première fois. D'autres personnes dont les œuvres figuraient à cette exposition révolutionnaire étaient de futursnéo-impressionnistes,Dubois-Pillet,Henri Edmond Cross etCharles Angrand.


Les liens noués lors de l'exposition de 1884 se sont révélés essentiels. En outre, la Société est devenue une force majeure dans l'exposition des tendances artistiques d'avant-garde dans ses expositions annuelles pendant les trois décennies suivantes. Contrairement au Salon officiel, les expositions de la Société ne décernent aucun prix. Sa devise était plutôt de "permettre aux artistes de présenter leurs œuvres au jugement du public en toute liberté".


Collaboration avec Seurat et d'autres artistes


La même année, en 1884, Signac rencontre l'artiste impressionnisteArmand Guillaumin ; l'année suivante, en 1885, il rencontreCamille Pissarro. Ces deux peintres impressionnistes bien établis conseillent et encouragent Signac, alors que l'influence deSeurat, dont il admire profondément le travail, n'a pas encore commencé à se manifester dans la peinture de Signac. Cependant, Signac avait commencé à rencontrer régulièrement Seurat et les deux peintres partageaient une fascination pour la théorie des couleurs deMichel-Eugène Chevreul ainsi que pour les récentes théories concernant l'optique, notamment en relation avec l'art et l'esthétique. En effet, en 1885, la publication deCharles Henry, "Introducing a Scientific Aesthetics", qui "défendait un art fondé sur des principes scientifiques", a été l'une des forces les plus influentes dans l'inspiration de la techniquenéo-impressionniste.


En octobre 1885, Seurat a commencé à perfectionner la méthode du mélange optique, en plaçant de petits points de pigment pur côte à côte, directement sur la surface de la toile, puis en laissant l'œil les mélanger. Le point de vue optimal se situe à une légère distance du tableau. Seurat avait déjà commencé à réaliser son désormais célèbre tableauUn dimanche après-midi sur l'île de la Grande Jatte (1884-86) en 1884, mais après que Signac et lui eurent établi leur style néo-impressionniste, il a retravaillé la grande toile en profondeur pour utiliser la nouvelle approche.


En décembre 1885, Signac, Seurat et les autres membres du groupe avaient consolidé leur style unique,le néo-impressionnisme. Signac et Seurat ont été invités à exposer leurs œuvres, toutes réalisées dans le nouveau style, lors de la huitième et dernière exposition impressionniste, bien qu'Eugène Manet, le frère d'Édouard et le mari deBerthe Morisot, etDegas se soient opposés à leur inclusion. Malgré cette résistance, les deux artistes exposent leurs œuvres et reçoivent un accueil positif de la critique. Entre-temps, ils avaient cimenté non seulement une relation de travail fructueuse, mais aussi une amitié étroite. Selon les biographes de Signac,Russell T. Clement et Annick Houzé, il était "le plus proche associé de Seurat et le plus grand publiciste et mémorialiste du néo-impressionnisme". Alors que Seurat était plutôt introverti, Signac, extraverti, était à la fois un prophète et une sorte de secrétaire social du nouveau style. Il a présenté Seurat auximpressionnistes et aux écrivainssymbolistes. En échange, Signac, plus jeune et pratiquement sans formation, bénéficiait de l'enseignement de son collègue plus âgé.


La période de maturité


Bien que Signac ait commencé à créer des scènes d'intérieur, dont sa première grande toile,Les modistes (1885-86), il préférait toujours les paysages, les vues urbaines et autres scènes deplein air. Ses premières scènes d'extérieur divisionnistes, telles que La jonction à Bois Colombes et Passage du Puits Bertin, Clichy (toutes deux réalisées en 1886), ont été peintes sur des sites à Asnières et dans les environs.


Signac a rencontréVincent van Gogh à Paris en 1886 et les deux artistes ont développé une relation de travail amicale, se rendant fréquemment ensemble sur des sites tels qu'Asnières pour peindre des intérieurs et des scènes extérieures. De toute évidence, Van Gogh a été très impressionné par le style libre de Signac. Signac rendit visite à Van Gogh à Arles en 1889 et lui enseigna comment peindre dans le stylenéo-impressionniste.

Signac était également très engagé politiquement. En 1888, il se plonge dans l'anarchisme, notamment dans les idées deKropotkine et deJean Grave, entre autres. AvecPissarro et deux autres amis, Maximilien Luce et Angrand Cross, Signac contribue régulièrement au journal anarchiste-communiste de Grave, Les Temps Nouveaux. Sa peinture et ses convictions politiques se croisent souvent, comme c'est le cas pour la production d'une œuvre intitulée Au temps de l'harmonie (1893), qui avait été initialement intitulée Au temps de l'anarchie. Les anarchistes étant à l'époque la cible des autorités, Signac est contraint de changer le titre sous peine de persécution.


En 1891, Seurat meurt, mettant ainsi fin à une collaboration de près de dix ans entre les deux artistes. Après la mort de Seurat, Signac continue à peindre dans le style néo-impressionniste, mais son coup de pinceau devient plus lâche, plus expressif et plus coloré.


En novembre 1892, Signac épouse sa compagne de longue date, Berthe Roblès ; ils se marient à Montmartre et Pissarro et Luce, entre autres, sont témoins du mariage. En 1897, le couple s'installe dans un appartement du célèbre Castel Beranger, construit par l'architecteArt nouveauHector Guimard et, la même année, il achète une maison dans le sud de la France, à Saint-Tropez. Dans la maison de Saint-Tropez, Signac construit un grand atelier, qui est achevé à la fin de l'été 1898. C'est là que l'artiste a produit certaines de ses œuvres les plus colorées et les plus célèbres dans le style néo-impressionniste, en particulier des œuvres représentant des bateaux, des plages et des paysages marins.


À l'époque du Salon des Indépendants de 1905, le stylenéo-impressionniste avait exercé une influence considérable dans le monde del'art d'avant-garde. Cette influence est directement visible, par exemple, dans l'œuvre dite "proto-fauve" d'Henri Matisse, Luxe, Calme et Volupté (1904), qui reprend la technique néo-impressionniste et la palette vive et expressive de Signac. Matisse avait lu l'essai de Signac intitulé "D'Eugène Delacroixau néo-impressionnisme" (1898-1899) et avait été incité à adopter le nouveau style. C'est d'ailleurs Signac qui a acheté le tableau de Matisse après la fermeture de l'exposition.


Le rythme de production artistique de Signac n'a pas cessé avec l'âge. Même au début du XXe siècle, il continuait à créer des œuvres, qu'il s'agisse d'aquarelles, de peintures à l'huile ou de dessins. En 1902, il expose plus de 100 aquarelles à la Maison de l'Art Nouveau, la galerie de Siegfried Bing à Paris. En 1911, l'aquarelle est devenue son médium de prédilection et, une fois encore, il expose une grande série intitulée Les Ponts de Paris à la prestigieuse galerie Bernheim-Jeune, également à Paris. Après son déménagement à Antibes en 1915, il y est nommé Peintre Officiel de la Marine. Pour Signac, vivre c'était peindre et peindre c'était vivre ; il n'a jamais cessé de produire de l'art, commençant une autre série de peintures de ports français en 1929.


Signac meurt le 15 août 1935 à l'âge de 71 ans d'une septicémie ; sa tombe se trouve dans le tristement célèbre cimetière parisien duPère Lachaise. En plus d'une œuvre énorme, Signac a également été reconnu comme l'auteur d'un certain nombre d'ouvrages fondamentaux sur la théorie de l'art, d'une monographie sur le peintre et graveur néerlandais Johan Barthold Jongkind (1927) et de nombreux essais pour des catalogues d'exposition.


L'héritage de Paul Signac


Signac a joué un rôle essentiel non seulement dans la création d'une structure d'exposition alternative, le Salon des Artistes Indépendants, et de son organisation, la Société des Artistes Indépendants, mais aussi, plus généralement, dans la libération des artistes et de l'art des hiérarchies et conventions traditionnelles imposées par l'Académie et le Salon.


En termes de production artistique et d'innovation radicale, Signac a eu une influence énorme surHenri Matisse etAndré Derain, les artistes fauves qui ont modifié sa technique et imité son utilisation de couleurs vives et extrêmement expressives. Sa technique, qui pousse les formes jusqu'à l'abstraction en les fragmentant en zones de couleurs unies et juxtaposées, a ouvert la voie à d'autres abstractions, notamment l'aplatissement et la fragmentation des formes du stylecubiste.

Laisser un commentaire

Inscrivez vous a notre news letter