Achetez les œuvres en ligne, et faites vous livrer dans toute l’Algérie.

0

Votre panier est vide

avril 04, 2022 7 translation missing: fr.blogs.article.read_time

Pierre-Auguste Renoir 

Dessinateur et peintre français. 

Naissance : 25 février 1841 - Limoges, France

Décédé : 3 décembre 1919 - Cagnes-sur-Mer, France



Enfance

Pierre-Auguste Renoir est né dans une famille ouvrière à Limoges, une ville du centre-ouest de la France. La région est historiquement importante en tant que centre de la production de porcelaine française, atteignant ce statut au cours du 19e siècle. À juste titre, le premier travail artistique de Renoir, pendant son adolescence, était celui de peintre dans l'une des usines de porcelaine de la ville. Fils d'un tailleur et d'une couturière, Renoir avait une main ferme et un talent pour l'effet décoratif, ce qui lui a valu les éloges de ses employeurs et l'a attiré l'attention d'une clientèle croissante, y compris un certain nombre de riches mécènes pour lesquels il a peint tentures et décorations pour éventails et autres objets de luxe. Ces premiers succès nourrissent son désir de quitter l'usine et de poursuivre la peinture des beaux-arts.

Pour compenser la formation limitée qu'il recevait à Limoges, en 1860, Renoir commença à faire de fréquents voyages pour visiter le Louvre à Paris pour étudier le travail des maîtres rococo français Jean-Antoine Watteau, Jean-Honoré Fragonard et François Boucher, et le Peintre romantique Eugène Delacroix. Bien que Delacroix et les peintres rococo aient travaillé à près d'un siècle d'intervalle, Renoir a reconnu des similitudes dans leur manipulation douce et lâche de la peinture, qui montrait des coups de pinceau individuels, et leur étreinte de la couleur et du mouvement plutôt que la clarté classique d'une forme soigneusement composée.


Formation précoce

En 1862, Renoir a commencé sa formation formelle auprès de Charles Gleyre, un peintre universitaire d'origine suisse qui a instruit un certain nombre de peintres talentueux, parmi lesquels Claude Monet, Alfred Sisley et Frédéric Bazille, trois des futurs collègues impressionnistes de Renoir avec qui il est devenu des amis proches. en entrant dans l'atelier parisien de Gleyre.

Au cours de leur formation, Renoir et ses nouveaux amis s'aventuraient dans la forêt pittoresque de Fontainebleau pour se livrer à la peinture en plein air. Cependant, contrairement à Monetet Sisley, Renoir a toujours maintenu un penchant pour l'atelier et pour peindre des portraits plus traditionnels dans le style des maîtres français du XVIIIe siècle qu'il admirait tant. Fontainebleau est devenu un lieu de peinture préféré de Renoir et qu'il visitait fréquemment, en partie grâce à son ami Jules Le Coeur, un admirateur de son art qui possédait une maison à Bourron-Marlotte, une commune à la lisière sud de la forêt. En 1865, Le Coeur présente Renoir à Lise Tréhot, dix-sept ans, qui devient l'amante et le modèle préféré de Renoir pendant plusieurs années. Tréhot pose pour des dizaines de portraits, dont deux en 1867 : Diane chasseresse, qui la représente en déesse grecque à la manière d'un portrait rococo, et Lise à l'ombrelle, qui reçoit un accueil favorable au Salon français de 1868. Selon les normes strictes de Salon, Renoir a exécuté ces portraits dans un style de composition conventionnel, combinant des lignes douces et une coloration méticuleuse avec un naturalisme factuel rappelant le peintre réaliste Gustave Courbet, qu'il admirait.

Portrait d'Auguste Renoir par Frédéric Bazille (1867)

Portrait d'Auguste Renoir par Frédéric Bazille (1867)

Au cours de l'été 1869, Renoir et Monet ont passé deux mois à peindre à La Grenouillère, une station balnéaire lacustre pour la classe moyenne française située juste à l'extérieur de Paris. En effet, on peut affirmer que Renoir et Monet ont semé les graines de l'impressionnisme à La Grenouillère. C'est ici que les deux hommes ont commencé à utiliser de larges coups de pinceau pour capturer des scènes momentanées avec une sensation de relâchement semblable à celle d'un croquis, capturant habilement le mouvement naturel de l'eau et l'effet réfléchissant sur la lumière.


Période de maturité

Immédiatement après la brève mais tumultueuse guerre franco-prussienne (dans laquelle Renoir a combattu) et l'occupation de la Commune française en 1871, les premiers succès de Renoir ont commencé à s'aggraver. Les rejets du Salon étaient bien plus nombreux que les acceptations, en grande partie en raison de la qualité «inachevée» de son travail le plus récent. Sa fortune atteint un point où Renoir a été confronté au choix de payer des modèles ou d'acheter de la peinture. Alors que d'autres de ses confrères comme Claude Monet et Camille Pissarro avaient cessé de le faire, Renoir continua à soumettre des œuvres au Salon jusqu'en 1873, s'accrochant à la conviction que l'acceptation était une mesure nécessaire du succès. Comme le note Petra Chu dans Nineteenth-Century European Art : « Pas plus tard qu'en 1881, le peintre impressionniste Auguste Renoir écrivait à son marchand [Paul] Durand-Ruel : « A Paris, il y a à peine quinze collectionneurs capables d'aimer un peintre sans l'appui ». Et il y en a encore quatre-vingt mille qui n'achèteront même pas une carte postale à moins que le peintre n'y expose. la possibilité de rester dans leur maison près de Fontainebleau.

Pierre Auguste Renoir

À la suite du Salon de 1873, au cours duquel les toiles des impressionnistes ont été largement éreintées, Renoir et ses acolytes ont commencé à planifier une exposition indépendante de leurs œuvres, libérée des contraintes esthétiques du Salon et de son système de jury. La première exposition collective des impressionnistes a lieu le 15 avril 1874. Si Renoir vend peu d'œuvres à la suite de l'exposition, celle-ci attire l'attention du collectionneur Victor Chocquet, dont il peindra le portrait et qui deviendra en quelque sorte un financier. sauveur pendant cette période.

Pierre-Auguste Renoir lorsqu'il avait environ 34 ans

Pierre-Auguste Renoir lorsqu'il avait environ 34 ans

Au moment de la quatrième exposition impressionniste en 1878, Renoir s'est tranquillement abstenu. Il avait découvert l'indépendance financière grâce à des commandes régulières de portraits (qui à leur tour conduisaient à de nouveaux succès au Salon) et était devenu désenchanté par l'idéologie de la spontanéité qui, selon lui, avait consumé le groupe. Peu de temps après s'être dissocié du groupe même d'artistes qu'il avait aidé à fonder, Renoir se rendit pour la première fois en Italie, un voyage rendu possible par un accord financier qu'il avait conclu avec le marchand Paul Durand-Ruel. Au cours de ce séjour, il est venu à l'opinion que l'impressionnisme manquait des fondements structurels qui avaient produit le grand art des maîtres de la Renaissance comme Raphaël. Comme il l'écrivit au marchand Ambroise Vollard plus tard dans sa vie, "au début des années 1880, il sentit qu'il avait" atteint la fin de l'impressionnisme et ne pouvait ni peindre ni dessiner ".

Ce pèlerinage a donc été une motivation pour Renoir de s'éloigner de la qualité lâche et accessoire de l'impressionnisme vers des idées plus classiques de dessin, de composition et de modélisation. Ce changement avait, dans une certaine mesure, déjà commencé: Renoir a produit l'emblématique Déjeuner du canotage entre 1880 et 1881, juste avant de quitter la France, et il montre un ajustement de ses techniques picturales vers une plus grande unité de composition. L'accent de son travail mature ne serait plus exclusivement sur les nouveaux modes pionniers d'expression du mouvement et de la couleur de la lumière et de la nature. Il s'est plutôt tourné vers la coloration des périodes rococo et de la fin de la Renaissance, tendances qui ont été soutenues par de nouveaux voyages en Italie, en Espagne et en Angleterre.


Les années tardives et la mort

À l'approche du tournant du siècle, maintenant marié et père de trois fils (le dernier né en 1901), Renoir a continué à produire du travail à un rythme impressionnant, malgré sa santé continuellement défaillante. Une blessure au bras droit à la suite d'un accident de vélo l'avait laissé avec une arthrite sévère et des rhumatismes affligeaient son œil gauche. En 1910, il était principalement relégué à un fauteuil roulant et avec des bandages autour des mains, faisant de la peinture un grand défi. La famille a acheté une maison à Cagnes-sur-Mer dans le sud de la France, ce qui soulage périodiquement Renoir de ses douleurs grâce à son climat sec et doux.

Au cours de la décennie précédente, Renoir s'était lié d'amitié avec le marchand d'art Vollard, qui est devenu à la fois un mécène important et un conseiller de confiance de l'artiste lorsqu'il s'agissait de choisir un sujet. En 1913, Vollard, bien conscient des limites physiques de Renoir, lui fait la suggestion audacieuse de s'essayer à la sculpture, en le présentant au sculpteur d'origine catalane Richard Guino. Malgré ses maux physiques, Renoir a pu réaliser plusieurs sculptures réussies lors de sa collaboration avec Guino, qui travaillait en grande partie avec de l'argile.

Pierre-Auguste Renoir

Influencé par ses premiers voyages en Espagne pour voir les œuvres de Francisco Goya, Renoir a insufflé à ses peintures tardives un style de plus en plus monumental. Alors que ses collègues impressionnistes Claude Monet et Edgar Degas ont poursuivi les effets de la lumière presque au bord de l'abstraction plus tard dans leur carrière, Renoir a acquis une qualité solide, presque sculpturale, dans les figures et les paysages qu'il a peints au crépuscule de sa carrière.

À l'hiver 1919, Renoir est victime d'une crise cardiaque à son domicile de Cagnes-sur-Mer. Peu de temps après, il meurt le 3 décembre 1919, avec ses fils à ses côtés et plusieurs de ses œuvres accrochées au Louvre parmi les maîtres français qu'il y est allé étudier.


L'héritage de Pierre-Auguste Renoir

On pourrait dire que Renoir et son collègue Monet sont à l'impressionnismece que Pablo Picasso et Georges Braquesont au cubisme : leurs expériences de peinture ensemble ont créé un langage visuel entièrement moderne et délimité le territoire artistique que le mouvement allait habiter dans la suite. décennies.

Il a également été le premier parmi ses collègues à reconnaître le cul-de-sac que présentait l'impressionnisme. Bien que l'on attribue généralement à Paul Cézanne la tentative de "faire de l'impressionnisme quelque chose de solide et de durable comme l'art des musées", cette crise du mouvement a d'abord été rencontrée de plein fouet par Renoir. Sa réintroduction bien documentée de la composition, du contour et du modelé dans sa peinture n'a jamais complètement effacé la réévaluation radicale de la couleur qu'il a contribué à théoriser aux côtés de Monet. En fin de compte, sa combinaison de modernité et de tradition a eu une grande influence sur une nouvelle génération d'artistes, dont Pierre Bonnard, Pablo Picasso, Henri Matisse et Maurice Denis, qui ont tous collectionné son travail.


Laisser un commentaire

Inscrivez vous a notre news letter